LE SITE DE LA CLUSE ET MIJOUX

Le site du château de Joux se situe en région Bourgogne Franche-Comté, dans le Sud-Est du département du Doubs, au cœur du massif du Jura, à 4 km au sud de la ville de Pontarlier et à moins de 7 km de la frontière suisse, sur le territoire communal du village de La Cluse et Mijoux.

Les plissements de terrain du Jura associés à une grande faille géologique ont ouvert un étroit passage perpendiculaire aux montagnes – une cluse – conduisant d’un côté vers les plaines de Neuchâtel et Lausanne en Suisse, et de l’autre vers Besançon. Le château de Joux s’élève au carrefour de quatre grandes routes importantes : la RN57 de Pontarlier à Lausanne, la RD67B desservant la Suisse vers Neuchâtel, la RD437 traversant la Grande Chaîne du Jura vers Mouthe et Saint-Claude.

Le château est installé sur au plus haut d’un éperon rocheux à 950 m d’altitude, dominant au nord le plateau de La Rochette, au sud celui du Gérot. Il est encadré par les montagnes du Larmont, du Laveron et de Montpetot, aux pieds desquels coule la rivière du Doubs qui traverse le Lac Saint Point à 8 km du château. Ce site naturel offre de nombreuses possibilités d’activités telles que des randonnées à pied, en VTT, en forêt ou dans les pâturages, avec de magnifiques points de vue.

FAUNE & FLORE DE JOUX

La richesse du patrimoine naturel autour du château de Joux est reconnue et préservée. Une Zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique de type I (ZNIEFF I) comprend le plateau du Gérot et le promontoire du château. Une zone spéciale de conservation (ZSC), appartenant au réseau européen des sites Natura 2000 protège le site, les coteaux, falaises et corniches alentours. Enfin, un arrêté préfectoral de protection de biotope (APB) « Corniches calcaires du département du Doubs » vise les falaises situées au nord du château.

Tout autour du château, les résineux sont nombreux, principalement composés de l’Epicéa commun. Ils sont néanmoins parsemés de quelques feuillus : Hêtre, Frêne, Erables plane et sycomore, Tilleul à grandes feuilles mais aussi Ormes des montagnes. Falaises, éboulis, pâturages et pelouses sèches accueillent de nombreuses espèces de fleurs. Certaines sont identifiées comme patrimoniales : l’Oseille à soupe et la Scrophulaire du Jura, les orchidées sauvages telles que l’Ophrys mouche, l’Orchis militaire, l’Orchis grenouille, le Chardon bardane, le Pygamon à feuilles d’Ancolie, et enfin la Gentiane acaule et la Grassette commune.

Ce bel habitat préservé permet à toute une faune de s’épanouir. Les Chauves-souris sont nombreuses ; Pipistrelles, Oreillards et Rhinolophes. On peut aussi apercevoir des Renards, Lapins, Fouines, Hermines, Ecureuils. Les Chamois sont nos premiers et plus fidèles visiteurs. Et si vous avez beaucoup de patience, vous croiserez peut-être le Lynx.

La diversité des oiseaux est typique des milieux forestiers et ouverts du site : Pinson des arbres, Pouillot véloce, Troglodyte mignon, Tichodrome échelette, Rougequeue noir, Pic vert, Merle noir, Martinet noir, Grand corbeau, Faucon crécerelle et évidemment Faucon pèlerin. Et près de 135 espèces différentes de papillons – sur les 270 que compte le territoire métropolitain !

BENOIT LE CHAMOIS

A Pontarlier, tout le monde connait Benoit le Chamois. Mais pour qui vient de plus loin, il est inattendu de voir ces animaux se promener tranquillement sous les remparts ! Si vous voyez une photo avec un Chamois en premier plan, ce n’est pas un montage – c’est Benoit !

Il s’est installé sur les pentes du Larmont et du château où il vit en famille depuis des décennies – bénéficiant d’un écosystème protégé. Lorsque les visiteurs quittent le château, le chamois s’approprie les lieux ! Benoit est un acrobate qui sait franchir enceintes et fossés. Il habite les bastions abandonnés et laisse quelques traces et crottes caractéristiques, que les apprentis explorateurs sauront identifier sans mal !

Lors de votre visite, du haut de la tour du fer à cheval, ou au détour des chemins, vous aurez peut-être la chance de le voir !