En 1885, un canon de 155 mm est installé au château de Joux. Cette pièce d’artillerie moderne est montée sur un affût sans recul, permettant une cadence de tir soutenue : un coup par minute. Elle est protégée dans une salle à l’épreuve des bombardements appelée casemate. Cette casemate est dotée d’un épais cuirassement en fonte, dont la masse de plusieurs dizaines de tonnes est imposante.

L’embrasure de tir est défendue par un obturateur manœuvré par un mécanisme en sous-sol et un contre-poids de 7 tonnes. L’ensemble est actionné en quelques secondes par 4 hommes.

Cette casemate est baptisée du nom de son inventeur, le commandant Mougin. Seules 10 casemates de ce type ont été installées dans les forts français ; celle du fort de Joux est le seul exemplaire subsistant, avec le mécanisme de l’obturateur opérationnel.