La saison au Musée de Pontarlier

Située à plus de 800 mètres d’altitude, la ville de Pontarlier, propriétaire du château, est la seconde ville la plus “haute” de France, après Briançon (1326 m). Mondialement connue pour la production de l’absinthe, elle est aussi un grand centre industriel, commercial et culturel. Elle accueille près de 18.000 habitants.

Situé dans une belle demeure du XVème siècle, le Musée de Pontarlier vaut la détour pour la qualité de ses collections. Archéologie, artisanat, salles dédiées à l’histoire de l’Absinthe, collections de peinture des artistes Franc-Comtois des 19 et 20ème siècle – le Musée détient un portrait de Gustave Courbet – “autoportrait au chien noir”. 

En attendant la rénovation du château, il propose des expositions en relation avec son histoire et une belle salle dédiée à la collection d’armes et d’équipements militaires, et à la retraite de l’Armée de l’Est en 1870/1871.

A partir de janvier 2021

La retraite de l’Armée de l’Est, 150 ans ! »

Uniformes et armement dessinent la silhouette des soldats de l’armée prestigieuse du Second Empire puis des armées de secours de la guerre de 1871. Après l’abdication, l’Armée de l’Est, dite « armée Bourbaki », est rapidement formée et envoyée vers Belfort. Battue, elle fait retraite vers Pontarlier pour être internée en Suisse neutre. Cet épisode marquant de l’histoire du territoire de Pontarlier et de Suisse voisine continue d’être commémoré jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Du 6 juin au 17 août 2020

Venus d'Haïti, les animaux racontent !

En 2016, le Musée de Pontarlier / Château de Joux a acquis des toiles  d’artistes haïtiens pour valoriser l’histoire d’Haïti et de Toussaint Louverture, enfermé au Château de Joux.

Dans l’attente de l’exposition permanente de ces tableaux dans des locaux rénovés au Château de Joux, le Musée de Pontarlier, en partenariat avec le Centre d’art haïtien, la FACIM, le Musée d’Aix-les-Bains, le Musée de la Rochelle, accueille l’œuvre de l’artiste haïtien Jasmin Joseph, en regard des toiles de Frantz Zéphirin. Les figures animales de ces peintures racontent une histoire et dénoncent des comportements humains : le refus de la différence et de la domination de l’Autre.